Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Sylvain Tesson - Dans les Forêts de Sibérie.

La solitude est une patrie peuplée du souvenir des autres.

La solitude est une patrie peuplée du souvenir des autres.

Sylvain Tesson est un auteur que j'aime particulièrement. J'ai découvert cet écrivain avec son livre "On a roulé sur la Terre", aventure partagée avec Alexandre Poussin. Étant fan de récits d'aventures (dont le numéro un pour moi restera "Lattitude Zéro", de Mike Horn), je ne pouvais pas passer à côté d'un titre si propice et surtout, traitant de la Sibérie.

Le livre fait 290 pages. C'est un "carnet intime" édité en format poche. Aucune fiction là-dedans, ce qui en fait tout son charme. Nous vivons avec Sylvain Tesson, page après page et jours après jours pendant six mois dans une cabane en bois en pleine forêt sibérienne face au lac Baïkal. De février à fin juillet, l'auteur nous raconte comment organiser sa vie loin de toute civilisation avec comme seule compagnie une hache, des livres et deux chiens.

 

Les jours passent et ne se ressemblent pas toujours. Les deux plus grandes richesses qu'un être solitaire planqué au fond d'un bois peut avoir sont : la liberté sur l'espace et sur le temps. Loin du modèle de vie "boulot, métro, dodo", le temps ne semble plus avoir aucune importance. La vie se résume à vivre tout simplement. Ce qui peut nous paraitre dérisoire dans nos sociétés actuelles prend une toute autre ampleur dans une cabane.
Pour se chauffer, impossible d'appuyer sur un bouton pour lancer le chauffage central. Ici, il faut aller couper du bois et faire un feu dans le poêle. Sous – 30°, autant dire que se chauffer devient plus que vital.

Le premier village est à cinq jours de marche. L'auteur nous explique au début du livre comment il a préparé son voyage et la quantité de vivres qu'il a emmenés avec lui. Malgré son stock, il doit tout de même pêcher dans le lac et préparer ses repas.
La solitude est rompue par les quelques visites d'amis russes et l'arrivée de deux chiens.
La vodka coule à flots et les cigares partent en fumée.

 

 

      

Fidèle à lui-même, Sylvain Tesson entreprend de nous parler de géopolitique, d'écologie, de poésie et de culture littéraire.
Son amour pour les Slaves et pour la mère Patrie se fait ressentir tout le long du livre et l'on ne peut pas s'empêcher de se demander si les quelques conversations qu'il entretient avec ses hôtes sont réelles ou fictives ( le franc parlé Russe est une qualité que nous, Européens de l'Ouest devraient prendre en compte).

L'auteur possède une culture digne de ce nom et, dans une modestie tout aussi noble que la décision de vivre six mois en cabane, nous la partage dans ces 290 pages. Rousseau, Giono, Jünger, Conrad, Nietzsche, Shakespeare, Camus et bien d'autres auteurs sont mis à l'honneur avec leurs citations les plus éloquentes qui pourraient aussi bien servir d'épitaphes que de motivations.

Bien que la lecture soit assez simple, certains passages pourraient rebuter les lecteurs à la recherche de sensations fortes. Bien plus qu'un simple carnet de voyage, il s'agit ici d'une ode à la liberté.
Comme le dit si bien Sylvain Tesson au dos du livre : et si la liberté consistait à posséder le temps?
À méditer...


Pas de discours écologique pompeux et moralisateur. L'auteur ne mâche pas ses mots quand il s'agit d'affirmer une réalité qui nous saute au visage. De part de tous ses voyages à travers le monde et ses expériences dans le "vagabondage", on ne peut remettre en cause l'efficacité de ses propos sur le plan écologique et durable du "voyageur".

Et pour finir cet article, voici encore une des phrases sur la quatrième de couverture qui résume très bien cet ouvrage :"et si la richesse revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures?"

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sébastien 21/01/2015 19:35

Bonjour Stéphane,
Tu m'as conquis, merci! Grâce à toi, c'est une belle découverte, qui maintenant, fait parti de ma nouvelle liste de lecture :)
Amitiés,
Sébastien.

Supervagabond 21/01/2015 22:30

Merci beaucoup pour le commentaire!

Je suis content d'avoir pu te motiver à te procurer cet ouvrage. J'espère qu'il te plaira autant qu'il m'a plu.

Stéph' :)