Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Fantômes - Joe Hill

Il y a certains fantôme qu'il vaut mieux enfermer à clé. Joe Hill.

Il y a certains fantôme qu'il vaut mieux enfermer à clé. Joe Hill.

 Je suis un adepte de littérature fantastique/horreur et à la vue de cet ouvrage au titre si chatoyant pour mes pupilles, je n’ai pas pu résister à l’envie de l’acheter. Et quelle bonne surprise !

« Fantômes – histoires troubles » de Joe Hill qui n’est que le fils du maitre incontesté de l’horreur, Stephen King. Avec un père comme lui, on ne pouvait s’attendre qu’à du bon.

Quinze nouvelles, plus de 410 pages. Du fantomatique, du comique, du tragique, du grotesque, du cauchemardesque… « Fantômes » ne parle pas que de fantômes (même très peu). Nous y trouvons divers histoires qui ne se ressemblent pas du tout dont la chute peut parfois nous laisser sur notre faim, mais qui par le style d’écriture nous font avaler les pages à une vitesse folle.

 

 

De quelques pages à plusieurs dizaines, toutes ont le pouvoir de capter notre attention si bien pour le suspens qui peut en résulter ou bien pour découvrir où est-ce que l’auteur veut nous emmener. Sans spoiler quoi que ce soit, je vais écrire quelques mots sur certaines nouvelles qui m’ont totalement scotché et laissé bouche bée.

Pop Art : L’amitié en quelques pages entre un garçon et un autre garçon « spécial » atteint d’une maladie très rare. L’étrangeté de la maladie pourrait décrédibiliser le récit, mais le savoir-faire de l’auteur nous plonge dans un univers où la complicité et la tendresse prennent le dessus sur le comique qui aurait pu inverser la balance du style. Incroyablement réussi.

La Belle au ciné hantant : Un hommage au fantastique. Tous les éléments de base réunis pour une belle histoire de fantômes à se raconter auprès d’un feu de camp.

Le masque de papa : L’histoire la plus étrange que j’ai pu lire. Rien ne parait normal. Rien ne semble logique. Mais pourtant, quelque chose de captivant nous entraine au beau milieu de ce récit cauchemardesque qui pourrait très bien prendre place au fin fond des vos pensées oniriques.

 

Et bien d’autres nouvelles tout aussi délicieuses.

Pour les amateurs de genre, un recueil de nouvelles à posséder ! Joe Hill est surement l’un de ces auteurs à suivre des très près.

 

Papa Stephen King peut être fier du fiston !  

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article