Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Si près de la vie.

Si près de la vie.

Alors que je venais de publier mon article "vivons-nous réellement", voilà que j’apprends une terrible nouvelle.
Mon amie qui est aussi mon employée se trouve dans un état critique sous assistance respiratoire. Et quelques jours plus tard, elle décède.

 

La mort.


La grande faucheuse a encore frappé, et juste devant notre nez. Cette mort qui nous tombe dessus et qui enlève toute once de rationalisme en nous. Cette mort qui une fois à vos côtés vous entraine dans les méandres des nuits blanches, enlisées d’une noirceur palpable et de pensées macabres. Dans un état moribond, on se rend soudainement compte que rien n’a de valeur si ce n’est que la vie elle-même. Alors on se met à apprécier la moindre goutte d’eau sur notre langue, la moindre brise d’air dans notre cou, le moindre chant d’un oiseau sifflant à cœur joie un bonheur qui nous semble si lointain.

 

Alors on se dit qu’on aimerait tout vendre, tout claquer et partir loin de cette vie qui nous fait faux bond. Nous avons la santé, alors pourquoi continuer à l’user dans ces conditions ?

 

Mais cet état ne perdure pas. Le temps efface alors notre douleur, notre chagrin. Lentement, nous oublions ces pensées intrépides qui autrefois nous aider à garder un semblant de courage dans cet océan de tristesse.
Et nous oublions d’aller embrasser notre mère. Nous nous engueulons avec notre femme pour des raisons qui n’en valent jamais vraiment la peine puisque pratiquement tout est pardonnable. Nous prenons ces risques absurdes sans savoir que non loin de là, la faucheuse nous guette.

Nous passons à côté de la vie.


Et un jour, nous passons à côté de la mort.

 

Et là, on se souvient que la vie en vaut vraiment la peine.

 


 

Frôler la mort n'est rien. Passer à côté de la vie est beaucoup plus grave.

Jean-Jacques Thibaud

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article