Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

La démocratie des crédules - Gérald Bronner.

L’esprit humain est irrésistiblement attiré par les explications de type mono-causal. Il faut une certaine gymnastique mentale pour concevoir qu’un effet puisse être produit par plusieurs causes simultanées.

L’esprit humain est irrésistiblement attiré par les explications de type mono-causal. Il faut une certaine gymnastique mentale pour concevoir qu’un effet puisse être produit par plusieurs causes simultanées.

Après l’excellent livre « Éloge de la fuite » qui fut une révélation pour moi cette année, voici mon deuxième coup de cœur.

 

À propos de l’auteur : Gérald Bronner, professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot et membre de l’Institut universitaire de France. Membre de l’académie des technologies et auteur de plusieurs livres (dont « l’empire des croyances », couronné d’un prix par l’Académie des sciences morales et politiques).

« La démocratie des crédules »  est un essai proposant de répondre à diverses questions en montrant comment les conditions de notre vie contemporaine se sont alliées au fonctionnement intime de notre cerveau pour faire de nous des dupes.
Comme énormément de personnes, j’ai eu l’occasion d’être confronté à de nombreux mythes du complot qui envahissent la toile. Que ce soit à propos des attentats des WTC le 11/09, ou bien la « fausse mort » de Mickael Jackson, ces histoires parfois loufoques et tirées par les cheveux ont souvent la même qualité : la crédibilité des pseudo-preuves. 
Comment certains de ces faits imaginaires peuvent-ils façonner une partie du monde dans lequel nous vivons ?
Ce livre nous explique pourquoi certaines de ces croyances  nous paraissent si cohérentes et comment aiguiser son sens critique afin de s’en méfier.

 

Notre compréhension, notre perception, notre logique  sont souvent le résultat d’un mécanisme de la pensée qui cause une déviation du jugement : les biais cognitifs.
Voilà pourquoi il est parfois difficile de changer d’avis même lorsque les preuves sont étalées devant notre visage. Et surtout, voilà pourquoi nous tombons facilement dans un résonnement qui nous parait logique bien qu’il soit totalement faux.

 

Dès l’introduction, nous pouvons lire que la suspicion à l’égard de la science est croissante depuis des années.
58% des concitoyens déclarent de pas avoir confiance dans les scientifiques pour dire la vérité dans le domaine des OGM ou du nucléaire.
Pour prendre l’exemple des OGM, les études du professeur Séralini qui démontrent un danger potentiel dû à leur consommation ont pourtant été démenties par la communauté scientifique, mais l’impact néfaste produit par les chiffres alarmants reste dans les esprits et empêche toute rationalité de raisonnement.
Le débat sur les vaccins en France est du même acabit.

 

Nombreux sont les exemples dans le livre et l’auteur tente d’expliquer les raisons d’une telle déduction en expliquant pourquoi et comment notre cerveau favorise une telle idée via différents biais (biais de confirmation, proportionnalité, effet râteau, syndrome du prisonnier…).
Mais la question inévitable est de savoir comment limiter cette propagation du faux qui en plus de ne contribuer qu’à une désinformation grandissante  peut s’avérer dangereuse.
Une augmentation du niveau d’étude  tendrait-elle vers une forme de sagesse collective ?
Une éducation plus adéquate et une meilleure connaissance de l’information partagée par les médias ne pourraient-elles pas nous permettre de ne pas tomber dans la glorification du faux ?

 

Des questions dont l’auteur tente de répondre, des exemples drôles de contre-affirmations (notamment dans le domaine de l’astrologie), des statistiques inquiétantes et surtout, une vraie remise en question sur soi-même.
Nous avons tous été victimes de nos propres biais cognitifs et il est très intéressant de voir à quel point notre perception de la vie quotidienne peut être changée lorsque l’on comprend comment fonctionnent les différents mécanismes de la pensée.

 

 

Gardons l’esprit critique et n’ayons plus peur de faire un investissement mental supérieur pour éviter les pièges de la pensée qui parfois nous font croire et adhérer à des faits extraordinaires qui après une certaine réflexion nous paraissent grotesques.

 

 

 

 

 

Les hommes de science en général n'ont pas beaucoup d'intérêt, académique pas plus que personnel, ni de temps à consacrer à cette concurrence. On peut le comprendre, mais la conséquence de cette situation, c'est que les croyants réussissent à instaurer un oligopole cognitif sur Internet, mais aussi dans les médias officiels, devenus très sensibles sur certains thèmes aux sources d'informations hétérodoxes.

Gérald Bronner

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yannick 01/09/2017 11:33

On devrait bientôt en savoir plus sur le financement du 11 septembre :
http://www.slate.fr/story/141446/victime-portent-plainte-arabie-saoudite