Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Résidence Beau-Rivage - Pierre Stolze

Résidence Beau-Rivage - Pierre Stolze

Il est parfois très agréable de lire un livre issu d’un auteur peu connu, surtout quand celui-ci habite à quelques kilomètres de chez vous.
« Résidence Beau-Rivage » de Pierre Stolze, ancien professeur de lettres classiques vivant maintenant de ses écrits.
Acheté directement à l’auteur qui tenait un petit stand de dédicaces dans une librairie de Thionville, voici donc un recueil de nouvelles se déroulant autour d’un seul et même immeuble en bord de la Moselle, la résidence Beau-Rivage, là où vit Pierre Stolze.

 

Cinq nouvelles, 213 pages.
Fantastique, science-fiction, drôle et bien écrit, un petit recueil qui se lit vite et de manière très agréable. Connaissant les lieux-dits, il était facile pour moi d’imaginer à travers les lignes ce que l’auteur voulait exprimer.
Mais l’originalité du livre réside dans la corrélation des nouvelles entre elles. Bien qu'il soit possible de les lire dans le désordre, chaque histoire se suit et met en scènes divers personnages ayant chacun sa place seulement dans leur propre récit.

 

  1. Mon ascenseur parle avec un accent allemand : Nous suivons les aventures de Mr Kleiner qui en plus de découvrir l’étrange accent allemand du nouvel ascenseur de sa résidence, rencontre une jeune femme fort jolie dont l’étrangeté diabolique ne le laissera pas de marbre.
  2. Spes salutis : Bernard, dessinateur et  passionné de péniches – qui passent directement sur la Moselle et ça, en face de son appartement -  vient de perdre sa femme. Morte, on ne sait pas, mais elle semble s’être volatilisée. Pendant ce temps, son frère décide de s’endormir pendant des semaines et son oncle prépare un voyage astral tout droit sorti d’un film d’héroïque-fantasy. Une nouvelle déjantée et très What the fuck qui pourrait déplaire à celui ou celle qui y cherche un résonnement logique. Pour ma part, j’ai adoré.
  3. La fin des temps, c’était hier, disait Albert. L’histoire courte d’un homme et son pote Albert, un extra-terrestre.
  4. Taï-chi-chuan à Tchernobyl-sur-Moselle. Après un séisme qui provoqua l’explosion de la centrale nucléaire de Cattenom, nous voilà immergés aux côtés de Rico qui explore la résidence Beau-Rivage à des fins scientifiques. Mais voilà qu’il tombe nez à nez sur une enfant lui parlant d’un certain professeur Li qui, entre deux cours de Taï-chi-chuan, s’occupe d’un groupe d’enfants rescapés.
  5. Deo Juvante. Bien après l’accident nucléaire de Cattenom, rencontrons le commandant Müller et son équipe de la brigade d’intervention anti-clandestins luttant contre l’arrivée massive d’immigrés clandestins dus à la montée des eaux causés par le réchauffement climatique.

 

 

Souvent loufoque, mais avec une certaine crédibilité, ce recueil fut un bon livre de vacances et en tant qu’écrivain amateur, il m’est toujours plaisant de plonger au cœur de l’imagination de ces auteurs qui savent apporter ce qu’un lecteur désire, bien que leur nom ne soit pas en tête de gondoles dans nos librairies.
Ce qui est dommage, car la célébrité ne fait pas forcément un bon livre.
Et pour conclure, parlons du seul point négatif à propos du livre : quelques coquilles ici et là oubliées lors de la relecture. Mais cela ne change rien au contenu de l’histoire.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article