Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

MENS SANA IN CORPORE SANO

MENS SANA IN CORPORE SANO

"Alors faut-il que les hommes ne fassent jamais de vœux? Ce qu'il faut implorer, c'est un esprit sain dans un corps sain."

Ainsi écrivait Juvénal au IIe siècle dans ses œuvres poétiques intitulées Les Satires.
Dès lors, nombreuse a été son utilisation afin de promouvoir un état psychique sain dans un corps en bonne santé. Depuis les devises de clubs sportifs en passant par la marque d'équipement de sport ASICS (Anima Sana In Corpore Sano), le sens originel de cette maxime s'est métamorphosé en une sorte de leitmotiv stimulante servant d'adage aux personnes soucieuses de leur homéostasie.

De manière subjective, je vais vous expliquer pourquoi j'ai fait de cette devise mon quotidien.

 

***

SAIN : adjectif
  1. 1.
    Qui est en bonne santé (opposé à malade) ; dont l'organisme fonctionne normalement.
  2. 2.
    Qui jouit d'une bonne santé psychique.
    Être sain de corps et d'esprit.

***


Un esprit sain dans un corps sain, un art de vivre?

Stress, malbouffe, alcool, tabac, écrans à profusion, médiocrité ambiante, émissions stupides, recherche d'attention, victimisation, réseaux sociaux, désinformations... La liste des éléments perturbateurs est longue, TROP longue. Dans cette jungle où toutes les dérives s'entremêlent, il est difficile de se recentrer et de faire honneur à son propre corps.
Car notre corps est unique. Il est une sorte de temple dans lequel notre esprit règne en maitre. Tel un roi ayant pour mission de fournir le meilleur à son peuple, notre esprit ne pourra que faillir si nous acceptons dans notre sanctuaire les chevaux de Troie que la vie s'efforce de vous livrer.
Détruisons les clichés du tas de muscles sans cervelle et de l'intellectuel frêle et fragile!

Tandis que la société actuelle se tend vers une démocratisation de l'imperfection du savoir-faire, de la pauvreté du contenu qu'elle met sur le devant de la scène et de la surabondance de la nullité, se protéger de ces nuisances peut sembler être aux antipodes du YOLO (You Only Live Once - Vous ne vivez qu'une seule fois).
Mais comme dans toute philosophie de vie, trouver un juste milieu entre les deux extrêmes revient à chacun.

Tenter de vivre de cette manière n'est pas seulement une promesse que l'on se fait à soi-même afin de jouir d'une bonne santé, c'est aussi faire honneur à ce que la nature a créé de plus incroyable : la vie.
C'est accepter à notre façon le défi de faire de ce temple qu'est notre corps une véritable forteresse dans laquelle la beauté du vivant se verra glorifiée.

C'est renoncer à la facilité, dire non au lapin blanc qui souhaiterait vous voir sauter dans les profondeurs de l'abject puits de l'incompétence.

C'est se forger une pensée critique, apprendre, découvrir, reconnaitre ses erreurs, affronter ses propres biais cognitifs, se remettre en cause et remettre en cause le monde qui nous entoure, se relever et tomber de nouveau en se disant qu’à chaque fois c'est de plus en plus douloureux.

C'est se construire un caractère, une personnalité, des idéaux et des convictions. Les respecter si elles semblent justes, et ne pas les abandonner au coin d'une rue lorsque celui ou celle que nous adulons ne les approuve guère.

C'est se bâtir un corps fort, solide, endurant et capable de supporter sur ses deux épaules le poids d'une vie. 

C'est être fier. Fier de cette paix intérieure, fier de faire partie de celles et ceux qui malgré les tentations respectent ce pour quoi ils se couchent chaque soir en se disant que demain sera une nouvelle occasion d'être meilleur.

C'est savoir mettre de côté, voire délaisser certains plaisirs de la vie afin d'être en parfaite adéquation avec ses convictions les plus profondes. 

C'est renoncer à la compétition sans perdre de vue l'adversité.
Albert Jacquard a dit : à chaque fois que l'on accepte la compétition, on accepte de mépriser quelqu'un, de le détruire ; et on se détruit soi-même, car un beau jour on perdra.

C'est savoir se défendre, avoir de la répartie, maitriser un sujet pour garantir la crédibilité de nos mots.

 

"Un esprit ardent dans un corps musclé", variante de Mens Sana In Corpore Sano créée par Pierre de Coubertin.

 

Je me bâtis un corps sain :

  • Je bouge ! Courir, nager, grimper, sauter, taper, tirer, soulever des charges, rouler... Les possibilités sont aussi nombreuses que variées. Bouger, c'est honorer son corps. C'est comprendre que si l’on en est arrivé là, ce n'est pas en restant assis devant une télévision.
  • Je réfléchis à ce que je mange ! Il n'est pas nécessaire d'expliquer que ce que l'on ingère peut être néfaste ou bénéfique pour sa santé. Pour ma part, je suis végétarien. Pour des raisons éthiques et écologiques (que ma soif de connaissances m'a permis de comprendre. Encore faut-il s'y intéresser).
  • Je ne fume pas ! Véritable problème de santé publique, le tabac reste l'ennemi numéro un de notre corps. Tout comme n'importe quelle drogue, sachez que toute addiction se retournera contre nous le jour où notre dose viendra à manquer. Et ce genre de faiblesse, ce n'est pas tolérable. Nous n'avons aucunement besoin d'un paradis artificiel. Faisons confiance à votre mental.
  • Je ne bois pas d'alcool ! Ici encore, je parle de moi-même. J'ai choisi de ne jamais boire une seule goute d'alcool. Je comprends que l'on puisse aimer le gout de certains de ces breuvages, mais l'intérêt d'en absorber jusqu'à l'ivresse m’échappe complètement. Je reprendrais ici une citation de Heywood Broan pour appuyer mes propos : la première composante de la personnalité humaine soluble dans l'alcool, c'est la dignité.
    Un esprit sain ne peut voguer tranquillement dans une mer instable.
  • Je trouve du confort dans l'inconfort ! Douche froide, situation inconfortable, entrainement douloureux... Un corps sain, c'est aussi compter sur son mental pour aller de l'avant.

 

Je me bâtis un esprit sain :

  • Je lis ! Même si un ouvrage ne vous donnera jamais l'expertise d'un scientifique sur son sujet de prédilection, lire vous permettra d'acquérir de nouvelles connaissances, d'aiguiser votre esprit critique, de développer votre imagination et de rêver tout simplement.
    Lors de mes entrainements en musculation, je passe mon temps de repos à lire. J'abandonne mon téléphone et forge mon esprit et mon corps en même temps. Une belle façon de combiner les deux.
  • Je développe des projets ! Rien de tel pour donner un sens à notre vie et nous donner l'envie de nous lever le matin.
  • J'apprends ! Apprendre pour mieux connaitre et mieux se connaitre. Une langue étrangère (pour ma part, j'apprends le latin. Une langue morte, certes, mais que je souhaite approfondir), un art (dessin, musique, peinture...), travaux manuels... Tout est question de priorité et de volonté. Tout le monde possède 24 heures par jour. À nous de les utiliser convenablement.
  • Je reste fidèle à moi-même ! Nombreux sont celles et ceux qui abandonnent leurs convictions à la première occasion, tout comme les fameuses résolutions en début d'année. Même si parfois être soi-même se résume à se tenir seul debout, trahir ses propres promesses résulte d'une certaine faiblesse.

 

Georg Pauli, tableau intitulé Mens sana in corpore sano (1912).

 

Un art de vivre que j'ai adapté à ma façon.
Un art de vivre qui m'a permis de me forger une personnalité dont je suis assez fier.
Un art de vivre que certains qualifieraient d'extrême, mais croyez-moi, leur comportement m'est tout aussi extrême à mes yeux ;)

Il est grand temps d'abandonner la médiocrité, le culte de la fainéantise, de fuir le royaume des crédules et des ignorants.

Soyez fort.
Soyez un boulimique de la connaissance.
Soyez curieux.
Soyez dur avec vous-même, apprenez de vos erreurs et de vos échecs.

 

 

ESTE MENS SANA IN CORPORE SANO !

 

 

L'image d'illustration au début de cet article a été réalisée par mes soins. Elle n'est soumises à aucun copyright et son utilisation est libre de droits.

 


 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article