Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Nos vies - Marie-Hélène Lafon

Nos vies - Marie-Hélène Lafon

Résumé :

    "J'ai l’œil, je n'oublie à peu près rien, ce que j'ai oublié, je l'invente.J'ai toujours fait ça, comme ça, c'était mon rôle dans la famille, jusqu'à la mort de grand-mère Lucie, la vraie mort, la seconde. Elle ne voulait personne d'autre pour lui raconter, elle disait qu'avec moi elle voyait mieux qu'avant son attaque."
Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l'on devine solitaire, regarde et imagine. Gordana, la caissière. L'homme encore jeune qui s'obstine à venir chaque vendredi matin... Silencieusement elle dévide l'écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire.Nos vies est le nouveau roman de Marie-Hélène Lafon. Il aurait pour sujet la ville et ses solitudes.


J'ignore totalement comment, quand, où et pourquoi j'ai acheté ce livre.
Mais la question qui m'interpelle le plus ici, c'est le pourquoi. Car ce genre de littérature n'est pas celle qui me séduit.
Étant curieux et trouvant le résumé plutôt singulier, je me suis dit qu'un tel sujet détenait quelque chose de palpitant et intéressant.
S'imaginer la vie de parfaits étrangers, s'inventer leur passé, leur quotidien, leur futur. Voilà de quoi nourrir l'imagination de beaucoup de lecteurs!
 

Et c'est avec une inhabituelle difficulté que je suis arrivé au bout des 183 pages du roman.
Inhabituelle car même quand la lecture d'un ouvrage m'est fade et quelque peu exaltante, j'arrive tout de même à terminer l'histoire plutôt rapidement (surtout un si petit format!).
Ici, l'envie d'en connaitre d'avantage m'avait quitté après les vingts premières pages.

Car Nos vies est lent.
Très, très lent.
Beaucoup trop lent pour moi.
Malgré la satisfaisante curiosité qui s'était emparée de moi au début du récit, l'ennui a vite pris le dessus pour me perdre dans un dédale de situation des moins excitantes.

Nous sommes aux côtés de la protagoniste qui de son œil expert vient à s'imaginer la vie de quelques clients et d'une caissière d'une supérette. Et tandis qu'elle énumère leur existence fantasmée, elle nous raconte ses souvenirs. Des souvenirs d'un passé banal. Ni glorieux, ni extraordinaire. Le passé de monsieur et madame tout le monde. Et quand nous revenons à la réalité, nous nous retrouvons là, coincés entre les quatre murs du Franprix à contempler les manières et habitudes d'une poignée de personnages donnant la triste impression de vivre dans une solitude des plus profondes.

Certains lecteurs y trouveront une certaine philosophie, ou bien peut-être des métaphores. Pour ma part, seul l'ennui m'a accompagné durant la lecture. Heureusement, la prose et la plume de l'auteure ont pu me délecter d'un certain plaisir, mais pas suffisant pour contre-balancer la lassitude que j'ai éprouvée.

Un livre qui plaira aux habitués et amateurs du genre.

Note : 3/10

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article