Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Petite satire footballistique.

Les hémorragies cérébrales sont moins fréquentes chez les joueurs de football. Les cerveaux aussi ! Pierre Desproges

Les hémorragies cérébrales sont moins fréquentes chez les joueurs de football. Les cerveaux aussi ! Pierre Desproges

Il y a vingt ans, je regardais mon premier match de football, et le dernier. Il s’agissait du mythique France – Brésil et qui, deux décennies plus tard, continue à entretenir la fierté des Français.
Je me souviens encore d’avoir parcouru la ville dans la Renault 4L de mon père, chantant le célèbre : « Et un, et deux, et trois zéros ! »

Nous étions en 1998, j’avais douze ans, Titanic apparaissait sur les écrans, The Offsrping sortait leur album Americana, le Bigdil se lançait sur TF1 et nous découvrions la série Charmed sur M6.
C’était bientôt la fin des années 90, la fin d’une époque où traîner dans la rue jusqu’à la nuit tombée avec les copains ne faisait pas flipper les parents, une époque où si tu voulais parler à tes potes, fallait sonner chez eux. Une époque où tout n’était pas diffusé partout ni médiatisé.

Une époque où j’ignorais à quel point l’homme pouvait être con.

Et en parlant de cons, nous allons nous intéresser au sport qui regroupe le plus grand nombre de cons sur Terre : le Football.

 

Bienvenue dans la critique facile !

 

 

 

Que cela soit clair, je n’aime pas le football.

Le sport en lui-même ne me plaît pas. Tout ceci reste une question de point de vue, bien entendu. Mais je ne comprends pas pourquoi tant d’euphorie pour ce sport alors qu’il en existe des dizaines d’autres bien plus plaisants à regarder ou bien à pratiquer.
Et puis, toute cette mascarade théâtrale digne des plus grands catcheurs me gonfle. C’est à celui qui simulera le mieux, malgré les dizaines de caméras, témoins de la mauvaise fois de ces piètres comédiens.   
Bref, passons. Ceci reste sans importance.

 

Intéressons-nous non pas aux acteurs, mais aux spectateurs : les supporters.

 

Nous n’allons pas mettre tout le monde dans le même panier, mais essayons de nous concentrer sur cette majorité de connards au QI aussi élevé qu’un rouleau de PQ vide dans les toilettes d’un camping à la Grande-Motte.

Car s’il y a bien une chose que je hais dans tout l’univers du football, ce sont tous ces beaufs – attention, le foot ne rend pas beauf. Mais bien trop souvent, les beaufs aiment le foot – habillés de la tête aux pieds à l’effigie de leur équipe, qui crachent leur haine envers les équipes adverses et n’hésitent pas à casser la gueule de ceux qui osent supporter celle d’en face.

Citez-moi d’autres sports avec des supporters aussi haineux que celui du football.

Et en pleine coupe du monde, l’effet est multiplié par dix.

Alors qu’habituellement, insulter une personne en raison de son ethnie ou bien ses origines demeure un délit considéré à l’heure actuelle comme grave, durant le mondial, il est tout à fait normal de balancer des « sale Belge de merde, con de Français, enculé de Russe, PD de Tunisien, etc… ». Que ce soit dans la rue ou sur les réseaux sociaux, cela passe comme une lettre à la poste. C’est folklorique, dira-t-on.

Avoir la haine de son prochain, brûler des bagnoles et casser des mâchoires car les onze responsables de votre malheur n’ont pas assuré sur le terrain est la deuxième chose la plus stupide que vous puissiez faire dans votre vie – la première étant votre naissance.

Car oui, les responsables ne sont pas ceux qui hurlent « On a gagné ! » (Une étude a démontré que les supporters d’une équipe venant de gagner utiliseront le pronom « on a gagné » pour s’identifier, alors que ceux supportant l’équipe perdante utiliseront le pronom « ils ont perdu ». Curieux phénomène psychologique leur permettant de se désolidariser des perdants.) Mais les responsables sont bien ceux qui jouent au ballon rond.

Alors, au lieu de cracher votre haine, votre colère, envers les boutiques, voitures, personnes et autres innocents,  prenez-vous en aux responsables ou bien, tentez de faire mieux qu’eux.

 

Un charmant supporter dont les joies du sport se lisent sur son visage.

 

Quel plaisir de lire les commentaires sous les articles traitant de tels et tels matchs sur certains sites d’informations.
Entre ceux qui s’insultent comme des ennemis de toujours, nous avons aussi ceux qui se trouvent des origines le temps d’un mondial.
Soudainement Italien car un arrière grand-père était Italien, Portugais car le cousin du facteur de sa tante s’appelait José, Français car il a tous les tomes d’Astérix bien rangés sur une étagère. Bref, tous les prétextes sont bons pour supporter une équipe et prendre sa défense à grand coups de phrases aussi bien construites que la politique de Macron – avec le langage SMS en plus.

Sans parler des biais cognitifs dont souffrent beaucoup de supporters (pour en savoir plus, suivre ce lien : mauvaise fois,...  ), leur entêtement à considérer un jugement néfaste à l’égard de leur équipe ressemble un peu à ces complotistes trouvant suspect le moindre trait blanc dans un ciel bleu azur.

 

On peut apprécier la qualité du dialogue.

 

Il est grand temps de changer certains comportements afin de donner une meilleure image de vous – et non pas du sport que vous défendez tant et qui n’a pas besoin de vous pour continuer à exister – pour que l’on puisse vous respecter un peu plus.

Boire de la bière bon marché tout en se grattant les couilles et vociférer devant la téloche ne fait pas de vous un gros con – cela entretient seulement les aventures extraconjugales de votre conjointe -, mais détruire au nom du football n’a rien de sportif.

Bien au contraire, vous détériorez l’image du votre sport favori, et ses valeurs qui sont (selon le site footensemble.fr ) :

  • L’humilité.
  • Le partage, l’esprit d’équipe.
  • L’ouverture d’esprit, la tolérance.
  • La discipline.
  • La solidarité.
  • Le contrôle de soi.
  • Le respect des autres et de soi-même.
  • Le dépassement de soi.
  • La passion.
  • La fraternité.
  • L’exemplarité.

 

Et moi-même qui n’aime pas le football, je respecte plus ce sport que vous-même pour qui cela ressemble pratiquement à une religion.

Soyez moins con que le con assis à côté de vous. Si chacun fait cet effort, il n’en restera plus.

(A l’heure où j’écris cet article, la finale France – Croatie n’a pas encore été joué. Qu’importe qui gagnera. Mérite ou pas, stratégie d’attaque ou de défense, une coupe du monde ne se gagne pas après un vote. Alors abstenez-vous de sortir vos phrases pré-construites que vous gardez au chaud dans votre placard et que vous ressortez tous les deux ans lors des coupes de l’euro ou bien du monde : On s’en tape de votre avis. L’équipe qui vient de gagner est celle qui a gagné. Point final.)

 

PS : Le texte ci-dessus parle bien de supporters et non pas hooligans. Certains aiment ce sport, d'autres s'en tapent royalement et n'y voient qu'un moyen de déverser leur haine.
Et bien sûr, je n'ai pas abordé le thème de l'argent lié au football. Tout le monde le sait, mais personne n'y changera rien. 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :