Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Success Story - Romain Ternaux / Johann Zarca

Success Story - Romain Ternaux / Johann Zarca

Résumé :

Anna, célibataire de 31 ans, s'ennuie. Elle ne connaît ni l'amour, ni l'amitié, ne rend jamais visite à son grand-père. Professeure de français dans un collège de banlieue, elle n'aime pas son travail, n'apprécie pas ses collègues, déteste ses élèves, ne parvient pas à écrire le roman qu'elle rêve de publier. Puis un jour, Anna retrouve une amie d'enfance et découvre les paradis artificiels. S'ensuit une ascension fulgurante.

 

***

 

Après avoir lu et adoré Le Boss de Boulogne et Paname Underground de Johann Zarca, j'étais dans une euphorie des plus grandes en apprenant la sortie d'un nouveau livre du même auteur en collaboration avec Romain Ternaux, écrivain que je connaissais pas.
Et lorsque, en me faufilant entre les rayons d'une librairie j'ai aperçu Succes Story, ma joie fut semblable à celle d'une enfant découvrant sous le sapin de Noël un cadeau tant entendu.
 

Il m'a fallu un aller-retour Luxembourg - Paris en TGV pour avaler les 311 pages de cet ouvrage.
Et qu'en était-il une fois refermé? Allais-je le placer au même piédestal que les précédents livres de Zarca que j'ai pu lire? Car dans toute cette passion pour la lecture qui m'anime depuis quelques années maintenant, rares ont été les livres que j'ai dévorés aussi rapidement que Paname Underground.
 

Et bien, mon avis est mitigé.
Habitué au style cash, cru, violent et hardcore de Johann Zarca, le changement de plume est radical. Écrit de manière totalement conventionnel, Success Story reste une fiction à l'histoire abracadabrante, mais assez originale et surtout osée.
A l'heure où les romans feel good s'affichent en tête de gondole dans chaque librairie, celui-ci mériterait presque sa place parmi ses semblables.
La différence?
Faites le lire à votre belle mère, et contemplez sa tête une fois les premiers chapitres lus.

Car s'il devait exister une religion vouant un culte à la drogue, Success Story en serait sa bible.


Armez-vous d'une (grosse) dose de second degré et vous apprécierez la lecture de ce livre fantasque et déjanté.

Fervent adepte du Mens sana in corpore sano, j'ai eu un peu de mal a accepter le délire des deux auteurs, plongeant leur héroïne -sans mauvais jeu de mot - dans la spirale infernale et formidable de la drogue - et d'alcool. Mais, il faut parfois pouvoir mettre ses convictions de côté pour apprécier ce que l'on tient entre les mains.
Alors, c'est avec un cerveau totalement débranché que j'ai pu continuer la lecture de l'ouvrage qui malgré son côté très provocateur et ironique, me laisse une légère amertume en bouche.

Beaucoup d'entre nous ont pu avoir des films comme Las Vegas Parano, The Big Lebowski, Trainspotting ou bien Requiem for a dream. Les plus sensibles en sortaient dégoutés à vie des drogues, alors que les plus influençables y voyaient une curiosité à tester. Ces œuvres avaient pour but de choquer, sensibiliser ou bien seulement de faire rire. Et même si comme tout adolescent j'ai eu le droit moi aussi à mes soirées DVD à la maison avec des potes pour regarder ce genre de films, je n'en garde qu'un souvenir très passable.
Mon jugement envers Success Story peut donc être faussé par mon attitude naturellement négative en faveur des drogues, alcools et compagnie.

Mais quand les substances illicites surviennent dans un récit de manière crédibles - un protagoniste qui se drogue, cela reste crédible et alimente l'histoire par l'action directe ou indirecte de cette consommation -, je n'en vois aucun inconvénient. Bien au contraire, les fictions noires où s'entremêlent violence, drogues et déchéance ont tendance à me plaire ;)
Ici, le souci est cette facilité déconcertante à laquelle Anna Jocelin tombe dans le panneau et surtout, comment tout cet enchevêtrement de cocaïne, LSD, MDMA, weed... vont la propulser à l'état de "femme sans intérêt antipathique et antisociale" à celui d'une célébrité.

Bien entendu, tout ce récit n'a pour vocation que de vous faire rire par son côté grand-guignolesque et illogique. Mais quand même, une part de crédibilité ne serait pas de refus...

Une lecture que j'ai tout de même appréciée et que je recommanderais à celles et ceux avides d'histoires où l'humour loufoque frôle l’absurde, accompagnée d'une dose d'amour, de strass et de paillettes saupoudrés de cocaïne.

Nous sommes bien loin du trash que l'on a l'habitude de lire avec Zarca, mais ici, quatre mains ont élaboré cet ouvrage qui, j'en suis persuadé, malgré le discours  ne contient en aucun cas un quelconque message inspirant à se droguer... enfin, je l'espère ;) 

 

NOTE : 7/10

La drogue a fait cent morts en France l'année dernière, l'alcool cinquante mille ! Choisis ton camp, camarade !

Coluche

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article