Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'un esprit libre

Very Bad Santa - Nouvelle

Very Bad Santa - Nouvelle

Voici la troisième nouvelle écrite en collaboration avec Romain.
Cette fois-ci, on change de thème et on s'attaque à Noël.

 

Pour cette histoire, j'ai écrit l'introduction et comme d'habitude, nous avons continué l'intrigue chacun de notre côté sans nous dévoiler l'avancée de l'écriture.

 

J'espère que cette histoire vous plaira, et si vous avez manqué les deux précédentes, retrouvez-les sur ces liens :

Pour le meilleur et pour le pire.

Mauvaise place.

 


Faites-vous un bon chocolat chaud, préparez les gâteaux et évadez-vous au pays du Père Noël !

 

La version téléchargeable (en PDF) est disponible ci-dessous.


 

Very Bad Santa

Par Stéphane G.

 

 

Il était une fois, dans de lointaines contrées inexplorées des hommes, un petit village dans lequel se mêlaient lutins, rennes et cadeaux par millier, le tout sous un parfum continu de délicieux gâteaux en tout genre.

  En ce petit matin du 24 décembre, tous les habitants étaient déjà au travail. Certains s’occupaient de nourrir les rennes et préparaient le traineau, d’autres emballaient les derniers cadeaux. Chaque présent était trié par pays de livraison, villes, adresses, quartiers. Bien entendu, tous les paquets étaient vérifiés une dernière fois par plusieurs personnes. Aucune faute n’était permise.  Chaque enfant devait recevoir ce qu’il avait commandé. Tous les cadeaux étaient ensuite placés dans un sac de tissu rouge dans lequel il était possible de les disposer à l’infini. Il suffisait d’y plonger sa main dedans tout en articulant le nom et prénom de celui à qui revenait le prochain paquet, et celui-ci se trouvait comme par magie entre vos doigts.

  Mais une seule et unique personne pouvait profiter de ce don. La seule personne qui pouvait assurer la livraison de tous ces cadeaux était bel et bien le Père Noël.

  Ses grosses bottes fourrées vinrent écraser la neige et un crissement agréable perça le silence hivernal. Emmitouflé dans son épaisse veste rouge et blanche, le Père Noël s’avança de quelques mètres devant sa petite maison en bois et prit le temps de respirer à plein poumon l’air frais du matin. Derrière lui, sur le pas de la porte, sa femme, la Mère Noël vint lui apporter un gâteau au chocolat en forme de bonhomme.

   — Oh merci ma chérie ! Mais tu sais bien qu’avec toutes les friandises que les familles me laissent chez eux, je vais…

   — Oui oui oui, je sais tout ça, le coupa sa femme d’une voix douce et chantante à la fois. Je sais que tu vas encore prendre quelques kilos, mais ce n’est pas ce petit bonhomme au chocolat qui va aggraver la situation tu ne crois pas ?

  Le Père Noël tendit la main et prit la confiserie.

   — Merci ma chérie. Je le mangerai sur la route.

  Alors qu’il s’apprêtait à embrasser son épouse, un lutin au chapeau bien trop grand pour la petite taille de sa tête vint déranger les deux amoureux.

   — Père Noël ! Tout est prêt ! Les rennes sont nourris, les cadeaux sont dans le sac et votre itinéraire est tracé sur votre carte. Vous devriez vous dépêcher, le vol est long jusqu’en Nouvelle-Zélande !

  La Mère Noël lança un sourire à son époux et lui chuchota à l’oreille :

   — Allez mon gros nounours ! Va donc apporter de la magie à tous ces enfants !

   Et c’est ainsi que commença cette journée de Noël pour tous les habitants du village du Père Noël. Après avoir tout vérifié par lui-même, il s’installa à bord de son traineau et fit un grand signe de la main en direction de son épouse.  Puis les rennes se mirent à courir de plus en plus vite et le traineau décolla dans les airs, laissant derrière lui un nuage de poudre blanche. Dans quelques heures, les premiers enfants de la Terre découvriront au pied de leur sapin des dizaines de cadeaux. Et comme chaque année, personne ne verra le Père Noël et sa légendaire discrétion.

La nuit était déjà bien entamée quand le Père Noël arriva au-dessus de Sydney. Les livraisons en Nouvelle-Zélande et dans toutes les petites iles adjacentes s’étaient très bien passées. Il avait eu quelques soucis avec un chien et avait déjà trop mangé. Gâteaux, chocolats, verres de lait, bonbons, pain d’épices… gourmand comme il l’était, le Père Noël ne pouvait résister aux friandises laissées par les familles.

   —  Anzac Parade… Little Bay… et bien ! Ceux qui vivent ici n’ont surement pas trop besoin de mes services pour avoir des cadeaux !

  Sous le traineau s’étendaient à perte de vue de somptueuses villas toutes plus grandes les unes que les autres. Il s’arrêta au-dessus d’une maison en bois et en pierre de deux étages. Une cheminée lui permettait l’accès au salon, et au cas où une maison n’en posséderait pas, il disposait d'une clef pouvant ouvrir toutes les portes possibles et inimaginables.

Après s’être glissé le long du conduit de la cheminée, le Père Noël arriva dans le salon principal. Argenterie un peu partout, tableaux d’une valeur inestimable accrochés aux murs, télévision géante, consoles de jeux, bibliothèque très fournie, cette famille vivait sur l’or.

   — Comment s’appellent-ils déjà ici ?

  Tout en consultant sa liste, le Père Noël parla tout seul.

   — Harris, Thomas, Jenny et Kelly Walker. Ils n’ont pas étaient très sages ceux-là. Vols, exclusions temporaires de l’école, dégradation de biens, vente de cannabis… hum… et voyons voir ce qu’ils ont commandé ? Pistolet d’air soft, jeux-vidéos, nouvel ordinateur…

  Après quelques instants de réflexion, le Père Noël remit sa liste dans sa poche. Il hésitait. Ces gosses avaient entre leurs mains tout ce qu’un enfant rêverait d’avoir et ils avaient l’audace de commander encore plus et de faire des bêtises tout le long de l’année. Alors qu’il s’apprêtait à ne poser qu’un seul cadeau au sol et repartir, une odeur de gâteau chaud lui monta dans les narines. Il releva la tête et aperçut sur la table du salon une cloche argentée posée sur un plateau en verre. Juste à côté se trouvait une petite lettre rédigée à la main sur laquelle étaient dessinés plusieurs dessins à l’effigie du Père Noël. En dessous, on pouvait y lire « Pour toi Papa Noël, ce délicieux gâteau préparé avec amour. Toutes nos excuses pour les bêtises qu’on a pu faire cette année, nous les regrettons. Merci et bon appétit ! Harris, Thomas, Jenny et Kelly. »

   — En voilà une bonne surprise ! s’écria-t-il. Des enfants qui reconnaissent leurs fautes et qui me préparent un gâteau pour s’excuser. Aller, c’est oublié !

  D’une main gourmande, il vint attraper une part de gâteau qu’il croqua à pleine dent. Le goût était délicieux. La pâte était légèrement chaude et un parfum encore inconnu vint se déposer sur sa langue. Il ignorait totalement ce que c’était, mais il adorait ça !

  Après en avoir englouti trois parts, le Père Noël déposa le reste des cadeaux au pied du sapin et s’en alla par la cheminée, les poches pleines de ce succulent gâteau.

Une demi-heure venait de passer. Les livraisons continuaient à bon rythme quand soudain, le Père Noël ressentit un léger tournis. Peut-être le froid ? Ou bien tout ce sucre ingéré ? Puis tout alla très vite. Des frissons, de grosses taches noires devant les yeux, la tête de plus en plus lourde, des sueurs froides. En quelques secondes, son état se dégrada. Il secoua la tête fermement et tenta de réguler sa respiration. Devant lui, les rennes avaient disparu. Pris de panique, il se pencha hors de son traineau. Le sol semblait se mouvoir lentement. Les voitures clignotaient, les cheminées crachaient de grosses flammes jaunes et rouges, au loin une tornade faisait des ravages et emportait tout sur son passage. Alors que son traineau se dirigeait tout droit vers le sol, le Père Noël plaqua ses deux mains sur son chapeau pour éviter que celui-ci ne s’envole. Il voulut crier, mais sa mâchoire resta figée.

  Et il s’écrasa.

 

***

 

  Quand il ouvrit les yeux, la première chose qu’il aperçut fut l’un de ses rennes empalés contre la palissade en bois d’un jardin. L’animal n’était pas encore mort. Il ouvrait la bouche avec peine et lâchait un râle continu entre deux filets de sang.

   — Fu… Furie… mon pauvre Furie, tu fais une drôle de gueule ! balança le Père Noël avant d’éclater de rire.

  Il se releva et tapota sur ses vêtements pour en faire partir la poussière. Il remarqua que l’un de ses doigts de la main droite était totalement tordu.

   — Oups ! Me suis cassé un doigt on dirait.

  Le traineau était renversé sur le côté et plusieurs cadeaux trainaient sur le sol. Devant, les autres rennes ne bougeaient pas et contemplaient la scène. Deux d’entre eux étaient couchés sur le sol, surement blessé aux pattes.

  Le Père Noël s’en approcha et se pencha en direction du premier, les mains plaquées contre les genoux.

   — Alors Tornade, on s’est fait mal ?

  Il fouilla du regard les environs et trouva un morceau de bois provenant de la barrière. Après l’avoir saisi, il fixa le pauvre animal souffrant et lui chuchota :

   — Aller, Tornade, il est temps d’aller rejoindre le paradis des rennes !

  Et il planta le bout de bois au sommet de son crâne. Sous le choc, les yeux sortirent de leurs orbites et la bouche s’ouvrit en grand, la langue pendante.

   — Bon, c’est pas que ça m’embête de m’occuper de vous les amis, mais j’ai des cadeaux à livrer !

  Il attrapa son sac sur l’épaule et se dirigea vers l’une des fenêtres de la maison. D’un coup de poing, il brisa la vitre, se tailladant en même temps les doigts avec le verre. Puis il entra.

  Une fois dans le salon, il marcha en direction du sapin. Tout était joliment décoré. De nombreuses guirlandes dorées ornaient le conifère, et sur les branches, différentes boules venaient compléter la décoration. Au pied du sapin, des chaussons de plusieurs tailles attendaient là. Juste à côté, un verre de lait.

  Le Père Noël déposa son sac au sol et s’avança vers le sapin. Après l’avoir reniflé tel un chien sauvage, il défit sa grosse ceinture et baissa son pantalon et son sous-vêtement.

   — C’est l’heure de marquer son territoire !

  Un jet d’urine jaune vint se déposer sur les branches de l’arbre, mouillant tout sur son passage. Une flaque ne tarda pas à se former sur le sol, humidifiant les chaussons.  Une fois terminé, le Père Noël se pencha et prit le verre de lait. Il but le contenu en une gorgée et rota sans ménagement. Il lança le verre derrière son épaule, qui se brisa au contact d’un mur.

   — Bordel… c’est fou ça. Dès que je bois du lait, je dois chier !

  Le pantalon toujours baissé, il se mit en position accroupie et saisit l’un des chaussons. Après quelques minutes, il reposa le soulier rempli d’excréments.

   — Hop ! Mon meilleur cadeau !

  Il sortit de la maison en souriant, imaginant la tête que les enfants allaient faire en découvrant leur surprise au pied du sapin.

 

***

 

  Les rennes étaient toujours dans le jardin. Furie avait fini par succomber à ses blessures. Il était toujours empalé contre la palissade. Les autres animaux regardèrent le Père Noël qui marchait dans leur direction tout en chantonnant « Vive le vent ».

   — Aller, mes amis, on doit encore livrer des cadeaux à tous ces enfants gâtés !

  Il s’installa sur le traineau et plaça son sac rouge derrière lui. Puis il fixa longuement le jardin et resta perdu dans ses pensées pendant une vingtaine de secondes. Il secoua la tête et se mit à hurler.

   — Bougez-vous le cul bande de paresseux ! Allez go ! On s’envole !

  Les rennes se mirent à courir et s’envolèrent avec difficulté. Le cadavre de Tornade pendait au bout du câble qui reliait les animaux entre eux jusqu’au traineau. Le bout de bois toujours planté dans la tête, son corps s’emblait danser dans les airs, perdant quelques gouttes de sang à chaque secousse.

  Après avoir survolé un quartier –et finalement perdu Tornade qui s’était décroché et s’était écrasé sur le toit d’une maison, la joyeuse équipe de Noël se posa sans encombre cette fois. Ils atterrirent au beau milieu d’une route bordée de quelques arbres et maisons en piteux états.  Le Père Noël se leva difficilement de son siège et s’étira, faisant craquer bruyamment son dos. Une voiture qui arrivait se mit à ralentir avant de s’arrêter devant le surprenant convoi qui bloquait les deux sens de circulation. Plusieurs coups de klaxon retentirent et le Père Noël s’avança vers le véhicule. Il leva sa main gauche et pris soin de dresser lentement son majeur en direction du conducteur. Par ce signe amical, il cria :

   — Toi, gros fils de pute ! Prends ça dans ton cul !

  Puis il se tourna et baissa son pantalon pour exhiber ses fesses. La voiture recula et repartit par là d’où elle était venue.

  La première maison qu’il aperçut ressemblait à une cabane de jardin. De petite taille avec une seule fenêtre et entourée d’un grillage rouillé, on aurait pu la croire abandonnée si le propriétaire n’avait pas tenté de l’embellir d’une minable décoration de Noël. Des guirlandes décolorées étaient accrochées depuis la porte d’entrée et un faux bonhomme de neige plus effrayant que gentillet se tenait du niveau du portail – ou plutôt de l’espèce de portillon en bois bloqué par un tendeur.

   — Oh oh oh ! Je pense que ce foyer a besoin de moi !

 Après avoir empoigné son sac rouge, le Père Noël tenta de sauter au-dessus du grillage, mais ses pieds se prirent dans le cordage de métal et il s’écrasa au sol, la tête la première dans une flaque de boue. Quand il releva le visage, sa barbe n’était plus qu’un assortiment de poils marrons collés entre eux. Il ouvrit la bouche et cracha un morceau de terre. Puis, sans rien dire, se releva et se dirigea vers la maison comme si rien ne s’était passé.

  D’un violent coup de pied, il fracassa la porte d’entrée. Un homme qui était couché sur un canapé troué sursauta et tomba au sol. Totalement stupéfié par ce qu'il venait d’arriver, il ouvrit de gros yeux quand il vit le Père Noël sur le pas de sa porte, les bras en l’air en train de hurler comme un fou :

   — Joyeux Noëëëël !!!!

  L’homme au sol recula doucement contre un mur et tenta de trouver une explication logique à tout ce bordel. Il contemplait devant lui un homme habillé avec un costume de Père Noël qui, après avoir défoncé sa porte d’entrée, dansait dans son salon tout en balançant dans tous les sens des cadeaux sortis de son sac rouge.

  L’homme à la barbe blanche – bien qu’elle fût marron maintenant – tendit un paquet au pauvre gars apeuré contre le mur.

   — Tiens mon ami, c’est pour toi !

  Ne voyant aucune réaction de la part de son hôte, le Père Noël entreprit d’ouvrir lui-même le cadeau.

   — Bon, si tu veux pas l’ouvrir, alors je vais le faire.

  Il déchira le papier et le jeta derrière lui.

   — Mais… mais que voilà ? Un superbe couteau de chasse !

  Il sortit l’objet coupant et fit pivoter la lame devant ses yeux. Les faibles lumières des quelques bougies disposées ici et là se reflétaient à travers le salon.

   — Avec un truc pareil, tu peux éventrer des tonnes de…

  Un bruit sourd retentit dans la pièce.

  Trop occupé à observer le tranchant du couteau, le Père Noël ne fit pas attention à l’homme qui, discrètement, sortit un fusil de sous le canapé et tira une rafale de gros plombs  dans sa cuisse. Et à ce moment-là, les vitres tremblèrent sous la déflagration, des chiens se mirent à hurler au loin et une douleur vive remonta jusqu’au cerveau du gros bonhomme rouge qui s’effondra sur le sol sous une tonne de jurons.

  L’homme toujours armé de son fusil se leva et braqua ce curieux visiteur qui gesticulait tel un ver de terre au bout d’un hameçon.

   — Bon, espèce de gros plein de soupe, tu vas me dire qu’est-ce tu fous là, dans mon salon, en plein milieu de la nuit, habillé en un putain de Père Noël !

  Mais au lieu de répondre à la question, l’intéressé releva la tête et cracha en sa direction.

   — Mauvaise réponse.

  Et un nouveau coup de feu vient percer le silence qui s’était de nouveau installé. Cette fois-ci les plombs se logèrent sur le sol à quelques centimètres du visage  de l’estropié.

   — Bon, je te demande une nouvelle fois : qui es-tu ?

   — Je … je suis le Père Noël bordel de dieu ! Qu’est-ce que tu crois ? Que je me balade avec cet accoutrement pour le plaisir ?

  L’homme haussa les sourcils et pouffa d’exaspération.  Il déposa une nouvelle cartouche dans le fusil et pointa le canon sur le front du vieillard.

   — Baisse ton froc ! ordonna-t-il.

   — Qu… quoi ?

   — Baisse ton putain de froc où je te t’explose le visage !

   — Mais… mais…

  Il ne laissa pas le temps au Père Noël d’en dire davantage qu’il retourna l’arme et lui assena un violent coup de crosse sur le nez. Le nez craqua, le sang coula et l’homme hurla.

   — Baisse-moi ton froc bordel de merde ! Tu en reveux dans la gueule ou quoi ?    

  Tremblant, le Père Noël défit sa ceinture et ôta lentement son pantalon, dévoilant un caleçon sur lequel étaient imprimés des petits oursons avec des bonnets rouges et blancs.

   — Très chic ton caleçon. Enlève-le aussi.

  D’un geste rapide, il l’enleva et le jeta au visage de son agresseur. Les parties intimes à l’air, le Père Noël, qui avec la peur avait totalement oublié sa blessure à la cuisse, marmonna entre ses dents serrées :

   — Aller, achève-moi qu’on en finisse. Déjà tu me tires dessus, tu me pètes le nez et maintenant tu me fous à poil. Achève-moi. Et viole mon cadavre si ça te fait plaisir.

  L’homme ne put se retenir de rire bruyamment.

   — Te violer ? Tu m’as pris pour un putain de taré ? Je vais te laisser le choix. J’ai pas envie de te tuer et de devoir planquer ton cadavre dans mon jardin. Alors je vais te poser une dernière question, et si tu me réponds encore à côté de la plaque, je t’éclate les couilles et je te laisse repartir d’où tu viens.

  Un silence prit soudainement possession des lieux. Les deux hommes se regardèrent, attendant une quelconque réaction de l’un ou l’autre.

   — Je… je suis le Père Noël…

  La crosse s’abattit sur les testicules du vieux à la barbe blanche. Elles s’écrasèrent contre le plancher, créant un bruit étouffé. La douleur le terrassa. Le cerveau préféra se mettre en stand-by pour gérer cette situation de crise et tout devint noir.

 

  Un choc glacé.

  Le Père Noël ouvrit les yeux. Il était en position fœtus, le visage trempé. Une nouvelle vague d’eau gelée le submergea. Cette fois-ci, il se releva et toussa. Sa jambe lui faisait mal, son nez s’emblait avoir doublé de volume et ses couilles… ses couilles lui faisaient un mal de chien !

  Il leva les yeux et aperçut l’homme au fusil. Il tenait un seau d’eau dans sa main.

   — Enfin réveillé ? J’ai cru que t’étais mort…

  Totalement déboussolé, le vieil homme mit un temps fou à trouver les mots.

   — Que… que s’est-il passé ? Où suis-je ?

   — Hein ? Tu te souviens de rien ?

   — Qui êtes-vous ? et pourquoi ai-je si mal à ma cuisse ?

  Tout en prononçant ces mots, le Père Noël releva les marques de plombs dans sa jambe. Pris de panique, il essaya de se lever, mais retomba au sol.

  L’homme décida de lui expliquer de A à Z ce qui venait de se passer.

  Durant toute l’explication, le Père Noël fut pris de flash et toute l’histoire lui revint en mémoire, depuis son arrivée à Sydney jusqu’à cet endroit.

   — Comment est-ce possible ? Comment ai-je pu… Oh mon dieu. Je me souviens avoir tué un de mes rennes !

   — Je sais pas moi. En tout cas, tu avais l’air complètement taré. Tu dansais comme un fou au milieu du salon, tu balançais des cadeaux dans tous les sens. Tes pupilles étaient dilatées comme-ci tu avais fumé une dizaine de joints à la suite.

   — Non… c’est impossible. Je ne fume pas, j’ai jamais...

  Subitement, une pensée traversa son esprit et tout prit un sens.

   — Les petits cons…

  L’homme, qui était maintenant assis en tailleur près du Père Noël fit un mouvement de la tête afin de lui faire comprendre qu’il ne savait pas où il voulait en venir.

   — J’ai été drogué. J’ai mangé un gâteau dans une des maisons que je visitais. Les enfants qui me l’avaient préparé sont des délinquants et friands de conneries en tout genre ! Je suis sûr qu’ils ont mis quelque chose dans ce gâteau ! Juste après l’avoir mangé, j’ai commencé à avoir des hallucinations et je me suis écrasé.

   — Tu es en train de me dire que tu as bouffé un space cake ? Et il éclata de rire. Le Père Noël a bouffé un space cake ! Bordel de merde, ça, c’est l’histoire la plus dingue que j’ai entendue !

  Mais le temps qu’il termine sa phrase, le vieux barbu était déjà debout et se dirigeait en boitant vers son traineau. Il ne fit pas attention à l’homme qui continuait de l’appeler derrière lui. Il fallait retourner voir ces gosses et leur faire payer cet affront. Noël venait d’être gâché à cause de ces petits morveux, ils allaient adorer la magie que leur réservait le gentil Papa Noël.

 

 

***

C’était bien cette maison. Cette belle et spacieuse villa, dont la famille était coupable du carnage que le Père Noël avait subi et faire subir cette nuit.

  Malgré deux rennes en moins, le vol s’était plutôt bien passé. La nuit était encore calme et tout le monde dormait profondément. Il fallait agir vite et bien.

   — Je vais passer par la porte, ça sera plus rapide que par la cheminée.

  Discrètement, la porte s’ouvrit et se referma sans un bruit. Les cadeaux étaient sous le sapin à leur place. Sur la table, le petit mot d’excuse qui était à proximité du gâteau se trouvait au même endroit.

  Le Père Noël prit son sac rouge et utilisa l’un des pouvoirs magiques de cet objet. Il pensa à quelque chose dont il avait besoin, et le premier cadeau en contact avec ses mains contiendra ce à quoi il avait songé. 

   — J’ai besoin d’une… tapette à souris. Non, plutôt deux tapettes à souris !

  Et il sortit le premier paquet, l’ouvrit et déposa les deux tapettes sur la table. Après avoir remonté le mécanisme et enclenché le piège, il les plaça soigneusement au fond d’une paire de chaussons qui se trouvait en dessous du sapin.

   — Bon, maintenant j’ai besoin d’un serpent. Vivant et de couleur verte.

  Tout comme précédemment, le serpent se trouvait dans le premier cadeau qu’il piocha dans son sac. Il empoigna l’animal et le déposa sur plusieurs branches du sapin. De couleur identique, il se confondait parfaitement avec le reste de l’arbre.

  Et c’est ainsi que le Père Noël continua de piéger le salon. Dans quelques heures, la famille se réveillerait et alors, le spectacle pourrait alors commencer. En attendant, il fallait patienter. De toute façon, la fête avait déjà était gâchée et il était impossible de rattraper tout ce retard. Tant pis pour cette année, les enfants devront attendre le Noël prochain.

  Caché derrière la fenêtre qui donnait sur le salon, le Père Noël guettait les moindres faits et gestes suspects qui proviendraient de la pièce.

  Puis une porte s’ouvrit et une petite fille en pyjama apparut.

   — Jenny… petite peste… Marmonna le vieil homme depuis son point de vue.

  La fillette perçut les cadeaux et sauta de joie tout en s’écriant :

   — Venez vite !! Le Père Noël est passé !

  Quelques secondes plus tard déboulaient ses trois frères et sœurs.

   — Voilà les quatre merdeux qui ont bousillé ma soirée…

  Harris, le plus âgé des frères – qui devait avoir dix-sept ans - s’avança jusqu’au sapin. Il examina les cadeaux et regarda tout autour de lui.

   — C’est trop cool… Le vieux nous a encore ramené des cadeaux ! cria-t-il.

  Tout en se retournant vers la table, il pointa du doigt la petite lettre.

   — Et en plus il a bouffé tout notre space cake !

  Des rires éclatèrent.

  Le Père Noël lui, se retenait de traverser la fenêtre pour plomber ces minots tout comme il fut plombé plus tôt dans la nuit.

   — Ne touchez pas encore aux cadeaux ! Je vais appeler les parents pour les prévenir, s’exclama Thomas, à peine plus jeune que Harris.

  Un téléphone portable à la main, le jeune homme engagea la conversation avec son père qui était parti à l’étranger pour les fêtes. Les quatre mômes se retrouvaient donc seuls à la maison, libres de faire n’importe quelle connerie. Voilà qui tombe très très bien, pensa le Père Noël.

  — OK, au revoir, papa ! et Thomas raccrocha avant de se tourner vers ses frères et sœurs. Qu’est-ce que vous attendez ? Ouvrons les cadeaux !

  Les quatre enfants sautèrent de joie et accoururent vers les paquets. Kelly, qui avait treize ans et était en pleine crise d’adolescence s’agenouilla près d’une petite boite qui lui était destinée. Une petite étiquette y était accrochée et on pouvait lire « Pour Kelly, la plus jolie des jeunes filles. Papa Noël ».

   — Pfff… j’espère que c’est mon nouveau portable et pas une connerie comme l’année dernière !

  Elle arracha le papier qui entourait le cadeau et ouvrit la boite. L’intérieur était rempli de confettis et de petits blocs de polystyrène. Sans chercher à comprendre quoi que ce soit, l’adolescente plongea ses deux mains à l’intérieur pour en extirper le contenu.  Alors qu’elle fouillait énergiquement dans la boite, elle s’arrêta soudainement et se mit à hurler.

   — Ahhhhhh !! Mon Dieu ! Mon Dieu !

  Les trois autres gosses se retournèrent, surpris par le hurlement de leur sœur. Thomas s’avança en sa direction et remarqua les petites auréoles rouges qui imbibaient la boite.

   — Tho… Thomas ! Enlève-moi ce paquet ! Je… je peux pas bouger mes mains, ça fait trop mal !

  Son frère ne posa pas de question et ôta doucement le cadeau. Les confettis tombèrent sur le sol, ainsi que plusieurs gouttes de sang. Puis la vue se dégagea et on pouvait apercevoir les mains de la jeune fille. Des lames de rasoir ainsi que des seringues étaient dispersées un peu partout la boite. De petits bouts de verre, clous et autres objets pointus et aiguisés plus ou moins rouillés recouvraient le fond du paquet.

  Kelly releva les mains vers elle pour contempler les dégâts. Ses doigts étaient recouverts de coupure, sous certains ongles se logeaient clous et aiguilles. Des mini fragments de verres parsemaient les paumes de ses mains. Elle tenta d’enlever un long morceau de métal enfoncé entre deux doigts, mais la douleur lui fit perdre connaissance et elle s’écrasa au sol.

  Jenny qui pleurait à chaudes larmes s’approcha de sa grande sœur.

   — Jenny ! Fais attention, y a du verre partout ! Mets tes chaussons, lui ordonna Harris.

  La petite fille fit demi-tour et rentra ses deux pieds à l’intérieur des pantoufles. Deux claquements surgirent et un cri de douleur déchira l’atmosphère. Les tapettes à souris venaient de se refermer sur les orteils de la fillette qui perdit l’équilibre et tomba tête la première contre le coin de la table du salon.

  Thomas, traumatisé par la scène recula tout en fixant les deux corps inertes sur le sol. Ses yeux étaient grands ouverts et un filet de bave dégoulinait lentement de sa bouche. Après quelques mètres, il rentra en contact avec le sapin. Au moment où il réalisa que quelque chose bougeait dans les branches derrière lui, le serpent bondit sur son visage avant de s’enrouler autour de son cou. La gueule du reptile s’ouvrit et il planta ses crochets au beau milieu de sa figure. L’adolescent se débattit et tomba par terre tandis que l’animal resserrait sa prise.

  Son grand frère accourut, mais, pris de panique devant une telle scène, il resta figé comme une statue.

  Harris tenta de parler, mais seul un son étouffé entremêlé de gargouillis sortit de sa bouche. Après une minute durant laquelle il fut prit de violents spasmes, le jeune homme s’immobilisa.

  Tout redevint calme. Thomas n’avait toujours pas bougé. Il fixa longuement le sol, espérant se réveiller dans son lit. Mais un bruit de pas le sortit de sa torpeur.

   — Oh oh oh ! Joyeux Noël Thomas !

  Le jeune homme se retourna et tomba face à face avec le Père Noël qui, dans ses mains gantées, tenait un fusil de chasse.

   — P…Père…

   — Oui, Père Noël ! En chair et en os ! Le vrai et unique Père Noël ! Celui qui distribue des cadeaux aux enfants du monde entier, qui contribue au bonheur de millions de personnes. Celui à qui tu as ruiné la nuit et empêché la magie de Noël de prendre lieu.

  Thomas se mit à trembler. Ses dents claquèrent et une larme s’échappa de ses yeux rougis.

   — On… je suis désolé Père Noël… on… on voulait...

   — Désolé ?  On voulait quoi ? Hein ? Tu voulais quoi petit con ?

   — Ri… rigoler…

   — Ah ah ah. Très drôle alors. Tu sais ce qu’il m’est arrivé après avoir bouffé votre délicieux gâteau ? J’ai tué deux de mes rennes, j’ai foutu un bordel monstre dans une maison dont la famille n’avait rien demandé, je me suis fait tirer dessus, on m’a pété le nez et bousillé les couilles ! Et toi ? Tu es désolé et tu voulais seulement rire ?

  Le garçon ne trouva aucune réponse à cela. Il priait intérieurement pour que tout ceci ne s’arrête. Mais le Père Noël continua de parler.

   — Je ne voulais pas vous laisser de cadeaux ! Je sais toutes les conneries que vous avez faites cette année, mais vous m’avez bien dupé avec votre lettre d’excuse.

  Il braqua Thomas avec son fusil.

   — Tu sais ce que ça fait d’attendre toute une année pour un seul jour ? De préparer tous ces cadeaux ? De devoir parcourir le monde entier afin d’apporter un peu de bonheur dans chaque foyer ? Hein ? Tu sais ce que ça fait ?

  Le jeune homme secoua la tête.

   — Bien sûr que tu ne sais pas. Et bien aujourd’hui, tu vas jouer le rôle du gentil Papa Noël.

  De son fusil, il pointa la cheminée.

   — Rentre là dedans.

  Thomas ouvrit la bouche. Il chercha quelque chose à dire, mais ne trouva rien. Le vieux barbu répliqua aussitôt.

   — Tu as cinq secondes avant que je t’explose la tête. Cinq… quatre…

 Le garçon recula lentement et s’appuya contre la cheminée. Il tourna la tête et vit le bout du canon dans sa direction. Il se faufila alors dans le conduit, écrasant les bouts de bois et autres morceaux de charbon au sol. Il posa l’un de ses pieds sur le rebord et poussa à l’aide de ses bras sur les côtés pour se hisser en hauteur.  Après une minute d’effort, il avait grimpé d’à peine plus d’un mètre.

  Le Père Noël se baissa et observa Thomas qui peinait à monter.

   — Aller ! À ton âge, tu devrais mieux y arriver que moi !

  Alors que le garçon avait parcouru environ deux mètres, le vieil homme alluma le bois qui était disposé dans le foyer. En quelques secondes, les flammes jaillirent et la fumée monta le long du conduit.

   — Je te conseille de te bouger les fesses Thomas, sinon tu risques de t’étouffer là dedans !

  Et le Père Noël sortit de la maison. Il monta sur son traineau et ordonna à ses rennes de s’envoler. Ils décollèrent et s’arrêtèrent à proximité de la cheminée qui cracher ses nuages de fumée. Le Père Noël bondit sur le toit et jeta un coup d’œil dans l’interstice. Thomas était environ au trois quarts du chemin, le visage noir. Il toussait à s’en faire cracher les poumons.

  Le vieux barbu saisit son sac et chuchota discrètement. Il en sortit un jerricane d’essence d’une dizaine de litres. Il se pencha vers le jeune homme.

   — C’est pas toi qui a été condamné pour incendie criminel l’année dernière ? J’ai un cadeau pour toi, ça te rappellera des souvenirs !

  Et il balança le récipient dans la cheminée qui s’abattit sur l’adolescent. Avec le choc, Thomas descendit de plusieurs mètres avant de stopper sa chute.  Le jerricane tenait en équilibre contre ses épaules et son front. Le bidon s’était légèrement troué et quelques gouttes d’essence s’en échappaient, créant des gerbes de feu à chaque fois qu’elles touchaient le foyer incandescent.

   — Si tu t’en sors, alors tu seras excusé et on se verra l’année prochaine… sinon… tant pis.

  Le Père Noël s’en alla tout en sifflotant jingle bells. Il tourna au-dessus du quartier  et s’écria :

   — Direction le pôle Nord mes amis !

Le traineau siffla dans les airs et derrière lui, au loin, une explosion résonna, crachant des flammes gigantesques depuis la toiture de la maison des Walker.

 

***

 

   Le Père Noël arriva dans son village. Son épouse lui sauta dans les bras, les larmes aux yeux, inquiète comme jamais. Autour, tous les lutins étaient présents, aussi angoissés que la Mère Noël.

  Tous réuni autour d’un grand repas festif, le vieux barbu leur relata la folle nuit qu’il venait de vivre – en omettant de raconter la vengeance sanglante qu’il fit subir aux quatre délinquants.

  Tous se jurèrent que le Noël prochain sera bien plus beau et que des précautions nécessaires devront être prises pour éviter ce genre d’incidents.

 

  La soirée continua. Le thé coulait à flots, les sucreries étaient dévorées, gâteaux et autres friandises ne restaient pas longtemps sur les tables. Alors qu’il ne restait pratiquement plus rien dans les plats, la Mère Noël s’approcha de son époux pour lui dire :

   — Heureusement que tu as aussi ramené de la nourriture laissée par les familles car je ne sais pas s’il y en aurait eu assez dans nos cuisines.

  Le Père Noël la regarda d’un air hébété.

   — J’ai… j’ai rien ramené. De quoi parles-tu ?

   — J’ai trouvé ce délicieux gâteau dans les poches de ta veste, et vu à la vitesse où il a été mangé par nos lutins, je pense qu’il nous faudrait nous approprier la recette !

   — Du gâteau ? Dans mes poches ? Mais…

  L’idée germa dans sa tête. Et il voulut crier, mais c’était trop tard. Le temps qu’il ouvre la bouche, il istingua une dizaine de lutins en train de danser nus tout près du grand feu sur la place du village. Cinq d’entre eux transportaient un énorme paquet de pétards, feu d’artifice et explosif en tout genre et s’apprêtaient à le jeter dans les flammes.

Lorsqu’il comprit ce qu’il se passait, le Père Noël se leva brusquement et un souffle brûlant le radia instantanément, lui et ses cadeaux par millier.  

 

Stéphane G.


 

 

Very Bad Santa

Par Romain C.

 

Il était une fois, dans de lointaines contrées inexplorées des hommes, un petit village dans lequel se mêlaient lutins, rennes et cadeaux par millier, le tout sous un parfum continu de délicieux gâteaux en tout genre.

  En ce petit matin du 24 décembre, tous les habitants étaient déjà au travail. Certains s’occupaient de nourrir les rennes et préparaient le traineau, d’autres emballaient les derniers cadeaux. Chaque présent était trié par pays de livraison, villes, adresses, quartiers. Bien entendu, tous les paquets étaient vérifiés une dernière fois par plusieurs personnes. Aucune faute n’était permise.  Chaque enfant devait recevoir ce qu’il avait commandé. Tous les cadeaux étaient ensuite placés dans un sac de tissu rouge dans lequel il était possible de les disposer à l’infini. Il suffisait d’y plonger sa main dedans tout en articulant le nom et prénom de celui à qui revenait le prochain paquet, et celui-ci se trouvait comme par magie entre vos doigts.

  Mais une seule et unique personne pouvait profiter de ce don. La seule personne qui pouvait assurer la livraison de tous ces cadeaux était bel et bien le Père Noël.

  Ses grosses bottes fourrées vinrent écraser la neige et un crissement agréable perça le silence hivernal. Emmitouflé dans son épaisse veste rouge et blanche, le Père Noël s’avança de quelques mètres devant sa petite maison en bois et prit le temps de respirer à plein poumon l’air frais du matin. Derrière lui, sur le pas de la porte, sa femme, la Mère Noël vint lui apporter un gâteau au chocolat en forme de bonhomme.

   — Oh merci ma chérie ! Mais tu sais bien qu’avec toutes les friandises que les familles me laissent chez eux, je vais…

   — Oui oui oui, je sais tout ça, le coupa sa femme d’une voix douce et chantante à la fois. Je sais que tu vas encore prendre quelques kilos, mais ce n’est pas ce petit bonhomme au chocolat qui va aggraver la situation tu ne crois pas ?

  Le Père Noël tendit la main et prit la confiserie.

   — Merci ma chérie. Je le mangerai sur la route.

  Alors qu’il s’apprêtait à embrasser son épouse, un lutin au chapeau bien trop grand pour la petite taille de sa tête vint déranger les deux amoureux.

   — Père Noël ! Tout est prêt ! Les rennes sont nourris, les cadeaux sont dans le sac et votre itinéraire est tracé sur votre carte. Vous devriez vous dépêcher, le vol est long jusqu’en Nouvelle-Zélande !

  La Mère Noël lança un sourire à son époux et lui chuchota à l’oreille :

   — Allez mon gros nounours ! Va donc apporter de la magie à tous ces enfants !

 

   Et c’est ainsi que commença cette journée de Noël pour tous les habitants du village du Père Noël. Après avoir tout vérifié par lui-même, il s’installa à bord de son traineau et fit un grand signe de la main en direction de son épouse.  Puis les rennes se mirent à courir de plus en plus vite et le traineau décolla dans les airs, laissant derrière lui un nuage de poudre blanche. Dans quelques heures, les premiers enfants de la Terre découvriront au pied de leur sapin des dizaines de cadeaux. Et comme chaque année, personne ne verra le Père Noël et sa légendaire discrétion.

 

 

  La nuit était déjà bien entamée quand le Père Noël arriva au-dessus de Sydney. Les livraisons en Nouvelle-Zélande et dans toutes les petites iles adjacentes s’étaient très bien passées. Il avait eu quelques soucis avec un chien et avait déjà trop mangé. Gâteaux, chocolats, verres de lait, bonbons, pain d’épices… gourmand comme il l’était, le Père Noël ne pouvait résister aux friandises laissées par les familles.

   —  Anzac Parade… Little Bay… et bien ! Ceux qui vivent ici n’ont surement pas trop besoin de mes services pour avoir des cadeaux !

  Sous le traineau s’étendaient à perte de vue de somptueuses villas toutes plus grandes les unes que les autres. Il s’arrêta au-dessus d’une maison en bois et en pierre de deux étages. Une cheminée lui permettait l’accès au salon, et au cas où une maison n’en posséderait pas, il disposait d'une clef pouvant ouvrir toutes les portes possibles et inimaginables.

Après s’être glissé le long du conduit de la cheminée, le Père Noël arriva dans le salon principal. Argenterie un peu partout, tableaux d’une valeur inestimable accrochés aux murs, télévision géante, consoles de jeux, bibliothèque très fournie, cette famille vivait sur l’or.

   — Comment s’appellent-ils déjà ici ?

  Tout en consultant sa liste, le Père Noël parla tout seul.

   — Harris, Thomas, Jenny et Kelly Walker. Ils n’ont pas étaient très sages ceux-là. Vols, exclusions temporaires de l’école, dégradation de biens, vente de cannabis… hum… et voyons voir ce qu’ils ont commandé ? Pistolet d’air soft, jeux-vidéos, nouvel ordinateur…

  Après quelques instants de réflexion, le Père Noël remit sa liste dans sa poche. Il hésitait. Ces gosses avaient entre leurs mains tout ce qu’un enfant rêverait d’avoir et ils avaient l’audace de commander encore plus et de faire des bêtises tout le long de l’année. Alors qu’il s’apprêtait à ne poser qu’un seul cadeau au sol et repartir, une odeur de gâteau chaud lui monta dans les narines. Il releva la tête et aperçut sur la table du salon une cloche argentée posée sur un plateau en verre. Juste à côté se trouvait une petite lettre rédigée à la main sur laquelle étaient dessinés plusieurs dessins à l’effigie du Père Noël. En dessous, on pouvait y lire « Pour toi Papa Noël, ce délicieux gâteau préparé avec amour. Toutes nos excuses pour les bêtises qu’on a pu faire cette année, nous les regrettons. Merci et bon appétit ! Harris, Thomas, Jenny et Kelly. »

   — En voilà une bonne surprise ! s’écria-t-il. Des enfants qui reconnaissent leurs fautes et qui me préparent un gâteau pour s’excuser. Aller, c’est oublié !

  D’une main gourmande, il vint attraper une part de gâteau qu’il croqua à pleine dent. Le goût était délicieux. La pâte était légèrement chaude et un parfum encore inconnu vint se déposer sur sa langue. Il ignorait totalement ce que c’était, mais il adorait ça !

  Après en avoir englouti trois parts, le Père Noël déposa le reste des cadeaux au pied du sapin et s’en alla par la cheminée, les poches pleines de ce succulent gâteau.

 

Une demi-heure venait de passer. Les livraisons continuaient à bon rythme quand soudain, le Père Noël ressentit un léger tournis. Peut-être le froid ? Ou bien tout ce sucre ingéré ? Puis tout alla très vite. Des frissons, de grosses taches noires devant les yeux, la tête de plus en plus lourde, des sueurs froides. En quelques secondes, son état se dégrada. Il secoua la tête fermement et tenta de réguler sa respiration. Devant lui, les rennes avaient disparu. Pris de panique, il se pencha hors de son traineau. Le sol semblait se mouvoir lentement. Les voitures clignotaient, les cheminées crachaient de grosses flammes jaunes et rouges, au loin une tornade faisait des ravages et emportait tout sur son passage. Alors que son traineau se dirigeait tout droit vers le sol, le Père Noël plaqua ses deux mains sur son chapeau pour éviter que celui-ci ne s’envole. Il voulut crier, mais sa mâchoire resta figée.

  Et il s’écrasa.

Le traîneau s’enfonça dans la poudreuse comme dans un matelas moelleux et les cadeaux s’éparpillèrent tout autour du véhicule, désormais inutile.

Le Père Noël sortit sa tête de la neige en crachant et se secoua la barbe, pleine de cristaux glacés.

-Brrrou ! Alors ça ! Trois cent ans que je travaille et c’est bien la première fois que je perds le contrôle du traîneau.

Il regarda autour de lui, hagard, et constata que tous ses rennes avaient disparu.

-Nom d’un lutin en bois ! pesta-t-il, même Rudolphe, d’habitude si docile, s’est sauvé !

Il se leva en chancelant et tourna sur lui-même pour regarder où il se trouvait. Tout autour de lui, des arbres craquaient dans le vent et leurs branches dénudées semblaient vouloir le saisir par ses cheveux pour l’emmener à l’intérieur de leur écorce.

-Et en plus de ça, me voilà perdu. C’est vraiment ma veine ce soir ! Burlp !

Son rot résonna dans la clairière, éclairée uniquement par la froide lumière de la lune, et il se cacha la bouche avec sa moufle, gênée.

-Oups ! Si Mère Noël était là, je me ferais bien remonter les bretelles. Mais il n’y a personne ici. Et je…qu’est-ce que c’est ?

Au moment où il prononçait ces paroles, face aux ténèbres de la forêt, il crut entendre des voix. Ou plutôt des chants. Des chants d’enfants.

-Oh ! Des cantiques ! Me voilà sauvé, il me suffit de marcher vers ces jolies voix et je pourrais continuer ma tournée. Enfin presque…

Il baissa les yeux sur son traîneau à moitié démoli et il sentit une larme couler le long de sa joue pour aller se perdre dans les longs poils blancs de sa barbe.

-Fichtre ! Comment vais-je pouvoir faire ?

Puis il vit les cadeaux.

-Bon… Je peux au moins distribuer ceux-là. Après tout, un seul accident depuis le début de ma carrière, c’est une bonne statistique ! Hihihiiiiii !

Il ne put contrôler le rire hystérique qui sortit de sa bouche et il se plia en deux, se tapant les cuisses avec les mains. Puis cet état de démence disparut aussi vite qu’il était venu et il se redressa, le visage rouge et luisant de transpiration.

-Mais bon sang, qu’est-ce qui m’arrive ce soir ? Je sais bien que je prends de l’âge, mais tout de même pas au point de devenir dingo. Allez, reprends-toi gros bêta !

Il se mit alors à quatre pattes et rampa vers le premier cadeau qu’il vit. Celui-ci était de taille moyenne et la forme, en dessous du papier cadeau doré, laissait deviner à un ours en peluche. Le père Noël s’approcha et tenta de saisir le présent. Sans succès. Sa main semblait passer à travers le paquet, comme si la matière disparaissait sous ses doigts. Il retira sa main, perplexe, et après quelques secondes, renouvela l’opération. Cette fois-ci, sa moufle passa complètement à côté et alla s’enfoncer dans la neige. Il perdit l’équilibre et s’étala face contre terre. Quand son visage rencontra le sol gelé, il gémit et avala une neige compacte qui se transforma immédiatement en eau dans sa bouche.

-Nom d’un angelot sans culotte ! J’en ai ras la hotte de cette soirée ! Allez, je m’en vais !

Il se releva en grimaçant et épousseta son lourd manteau rouge.

-Allons voir du côté de ces chants, ce sera déjà une étape de franchie.

Avant de se mettre en marche, il regardera une dernière fois le paquet cadeau puis, d’un coup de pied rageur, l’envoya valser de l’autre côté du traîneau…

 

 

***

-Voilà maintenant que je marche à reculons !

Il avait l’impression que les arbres de la forêt rapetissaient à son approche et il dut s’appuyer à un tronc pour reprendre son équilibre.

-Allez, reprends-toi. Avant de t’écraser, tu as vu une ville. Semblant sortir tout droit d’un dessin animé pour drogués, d’accord, mais une ville tout de même. Alors tu n’es pas perdu. BROM !

Son pet s’éleva entre les arbres et il plaqua une main sur son estomac qui gargouilla violemment.

 

-Oh non, non ! Pas ça !

 

Mais il ne put éviter l’ultime caprice de son intestin et, pris d’une crampe soudaine, il dégrafa rapidement sa grosse ceinture noire, abaissa son pantalon, et se soulagea au pied d’un arbre à l’allure vaguement tropicale.

 

-Ah oui, je dois être en Australie, c’est pour ça, dit-il, accroupi et les fesses à l’air.

 

Une fois que les crampes furent passées, il se redressa et remit son pantalon, honteux.

 

-Pas très chic, mais cela peut arriver à tout le monde. Si les enfants me voyaient, je leur donnerais une bien piètre image. Papa Noël défèque dans la forêt, un mythe qui s’écroule…

 

Il reprit sa route fébrilement et, après quinze minutes à écouter ses bottes craquer dans la neige, il sortit de la forêt et déboucha sur une petite place de village. Au centre de celle-ci, trois enfants emmaillotés dans de grosses écharpes chantaient devant une maison à l’aspect chaleureuse. Le plus grand d’entre-deux tenait un petit livre dans ses mains et le fixait d’un air concentré en fredonnant les couplets de Holy night :

 

O holy night,

The stars are brightly shining;
It is the night of
Our dear Savior's birth!

 

-Ah ! Eh bien voilà de charmants petits.

 Le Père noël s’approcha d’eux, un sourire bienveillant sur les lèvres, mais arrivé à trois pas des enfants, il se figea.

-Que je… que je me rase la barbe si celui-là n’est pas un des gobelins du père fouettard !

Il désigna d’un doigt tremblant le plus jeune des garçons et il se précipita sur lui pour le saisir par les cheveux.

-Alors comme ça, tu joues au plus malin avec les humains, petit monstre ? Je m’en vais t’apprendre à rester d’où tu viens moi !

Il voyait le visage de la créature le fixer d’un air moqueur et une petite langue rose sortait par intermittence de sa bouche remplie de minuscules dents pointues.

-Et tu me tires la langue, petit démon ! A moi ? Au Père noël en personne ! Nom de nom !

-Hé vous là ! Pour l’amour du ciel, lâchez ce garçon !

Il tourna vivement la tête pour savoir qui l’avait interpellé et il vit un homme trapu se diriger vers lui, les poings serrés.

-Mais vous ne voyez donc pas, mon bon monsieur, que cet immonde petit diablotin n’a rien à faire ici ? Chaque année, les sbires du Père Fouettard essaient de me mettre des bâtons dans les roues et je n’arrive jamais à en attraper un ! Mais maintenant, c’est fini !

-Vous êtes complètement cinglé ! Lâchez-le où je vous colle un pain !

-Mais enfin, regardez-le !

Et quand il tourna la tête vers sa prise, il vit un visage poupin le regarder avec frayeur. Des larmes ruisselaient en silence sur ses petites joues roses et ses pieds s’agitaient faiblement dans le vide. Il tenait un garçonnet de six ans par les cheveux et les autres enfants le regardaient, terrifiés.

-Oh je… hum… joyeux noël mon garçon, désolé.

Il le reposa doucement et lui tapota doucement la tête avant de prendre ses jambes à son cou vers la rue principale du village.

Avant de quitter la place, il entendit l’homme lui crier :

-Et que je ne te recroise pas ou tu auras affaire à moi ! Taré !

 

La grande allée coupant le village en deux, bordée de chaque côté par de jolis épicéas décorés avec goût dégageait une atmosphère incontestable de fête et de magie… mais le Père Noël ne vit rien de tout cela.

Pour lui, c’était une chaussée sombre et remplie d’ombres se mouvant rapidement d’une maison à l’autre. Les sapins devenaient des stalagmites noires et acérées et les guirlandes qui pendaient au-dessus de lui se transformaient en lianes parsemées d’épines.

-Il semblerait que je sois tombé dans le pire endroit engendré par la terre, dit-il d’une voix apeurée.

Il traversa l’avenue à pas incertains sous le regard de quelques badauds étonnés et, arrivé au niveau de la dernière maison de la rue, il fut attiré par un attroupement devant une petite fontaine de pierre représentant une nymphe jouant de la flûte. Les gens poussaient des exclamations de surprise « Wouaaaw » et des rires d’enfants cristallins s’élevaient de la foule.

-Qu’est-ce qu’ils ont vu ? se demanda le Père Noël.

La curiosité l’emporta sur la peur et il s’avança parmi les gens, qui le regardèrent en souriant.

-Voilà le figurant, dit un vieil homme à sa femme.

-Ce papa Noël là est très bien fait, répondit son épouse.

Puis le couple reporta de nouveau son attention sur ce qui se trouvait devant la fontaine.

-Je n’y vois rien, grommela le Père noël, mais qu’est-ce qu’ils regardent tous avec autant de stupeur ?

Il s’avança encore un peu, bousculant au passage un bambin. Il ne fit pas attention au regard sévère que le lui lança le père. Un effarement total s’était peint sur son visage, qui fut vite remplacé par une joie profonde. Un de ses rennes était là, devant le petit édifice de pierre, et il prenait plaisir à se faire caresser par des enfants heureux comme des rois.

-Tonnerre ! C’est bien toi ! Mon bon vieux Tonnerre !

L’animal tourna paresseusement la tête vers lui et son regard sembla vouloir dire : « Tiens, revoilà mon maître. Dommage, la récréation est finie. »

 Le Père Noël se planta devant lui et cajola son encolure affectueusement.

-Je croyais t’avoir perdu à jamais mon ami. Il nous faut retrouver les autres et reprendre la tournée. La nuit avance vite.

-C’est le vôtre ? Demanda une jeune fille au nez rougi par le froid.

-Oh que oui, répondit-il avec entrain, c’est mon Tonnerre adoré. Unique au monde !

-Ce n’est pas le renne le plus futé, dit un jeune garçon que le Père Noël estima être son frère, d’après ce que les contes disent, c’est même le plus bête.

 Le Père Noël se tourna vers lui avec colère.

-Jeune homme, sachez que mes rennes sont d’une intelligence hors-norme. Connaissez-vous des rennes qui sachent voler d’ailleurs ? Ne croyez pas tout ce qu’on vous raconte, les contes de fées sont bien souvent erronés nom d’un sapin sans épines !

Le garçon lâcha un petit rire méprisant et se tourna vers sa sœur en tapotant sa tempe avec son index.

-Oh que non, je ne suis pas fou, petit chenapan !

-Cause toujours, répondit celui-ci.

-Que je… Non mais dis donc je…

Et de nouveau, il se figea et la terreur revint.

La nymphe, sur la fontaine, avait disparu. A sa place, se trouvait une gargouille monstrueuse qui le fixait avec une haine démesurée. Ses bras musclés étaient tendus vers lui et ses mains, terminées par de longs doigts griffus, n’étaient qu’à quelques centimètres de son visage. Quand elle se mit à parler, le Père Noël sentit un liquide chaud couler le long de sa jambe. Il venait de s’uriner dessus.

-Oh ! mais voilà le bon gros barbu qui distribue ses cadeaux chaque année ! Pas cette fois, vielle bûche. Cette fois, c’est moi qui m’occupe d’apporter les joujoux par millier aux enfants. Hinhinhin !

-Sauve qui peut ! hurla le Père Noël.

Il saisit Tonnerre par ses poils et sauta sur son dos maladroitement. Quand il réussit à se stabiliser, il sentit l’animal s’affaisser sous son poids.

-Désolé mon vieux, je mangerais moins de cookies, promis ! Mais fuyons !

Il éperonna les flancs de la bête avec violence et il l’entendit bramer de douleur. Puis elle s’élança à travers le village sous le regard ahuri des gens.

Sur la fontaine, la nymphe jouait son éternelle mélodie, figée…

 

 

***

Le paysage défilait à toute vitesse et le vent soufflait dans les oreilles du Père Noël comme l’aurait fait une bouche spectrale dans le goulot d’une bouteille vide.

Tonnerre galopait en rejetant par ses naseaux de gros nuages de vapeur et il se tenait aux bois de l’animal, ballotté d’avant en arrière tel un vulgaire sac de pommes de terre.

-Moins vite, Tonnerre ! Veux-tu donc que je me casse la figure ?

Mais le renne ne l’écoutait pas. Il continuait sa course folle à travers les ruelles du village et semblait choisir ses destinations au dernier moment. Père noël voyait les gens crier et s’écarter sur leur passage et ils faillirent même renverser une fillette qui transportait une pile de cadeaux entre ses bras.

-Tout doux, idiot, on l’a semé !

Tonnerre ralentit puis, sans prévenir braqua à droite pour de nouveau accélérer.

-Finalement, ce garçon avait raison. Tu es bien le plus stupide de mes rennes. Hé non ! Pas par là !

Le cervidé fonçait maintenant tout droit sur une maison dont la porte d’entrée était ouverte. Une famille était sur le seuil, tout sourire, et déchargeaient le coffre de leur véhicule de nombreux paquets multicolores. Ils ne virent pas arriver le renne et son passager.

-Attention ! cria-t-il, mon renne est devenu fou, écartez-vous !

Le père de famille tourna la tête vers eux, intrigué, puis ses yeux s’agrandirent quand il comprit qu’on ne lui faisait pas une blague.

-Kevin, Stacy, à terre !

Le fils et la mère se jetèrent sur le bas-côté en hurlant et, au passage de l’animal, le Père Noël vit une lueur de totale incompréhension dans leur regard.

-Désolé, vraiment ! C’est mon premier Noël qui se passe ainsi. Mais il faut dire aussi que vous habitez un village de cauchemars ! Freine Tonnerre !

Mais trop tard. Ils venaient de franchir le seuil de la maison et le Père Noël sentit le pompon de son bonnet effleurer le gui qui pendait au-dessus de la porte. Puis ils pénétrèrent dans le salon et ce fut la catastrophe. Tonnerre glissa sur le tapis devant la cheminée, qu’il aurait normalement dû emprunter, et fit un dérapage incontrôlé tout droit dans le sapin. Quand il percuta l’arbre de noël, le renne brama et il s’affala sur le flanc, des guirlandes brillantes s’emmêlant dans ses bois. Le Père Noël, quant à lui, décolla comme un pantin du dos de l’animal et fit un vol plané de trois mètre avant d’atterrir sur la table du salon où était dressé le repas du réveillon. Une fourchette lui piqua le ventre et sa tête s’enfonça dans la dinde en faisant un bruit de succion répugnant. Il essaya de gémir, mais ne réussit qu’à émettre une série de gargouillis étouffés. Puis il sortit la tête de la volaille, des morceaux accrochés dans sa moustache, roula sur le côté et atterri dans un vacarme assourdissant sur le sol.

-Mon Dieu ! cria la mère de famille qui venait d’entrer dans le salon.

-Vous allez bien mon vieux ? lui demanda son époux, pâle comme un linge.

 Le Père Noël se redressa tant bien que mal et se mis en position assise. Il réfléchit quelques instants, la tête basse, puis il comprit et saisit la manche du père de famille.

-Ce sont ces gosses ! Ces sales gosses ! Je comprends tout maintenant, ils m’ont empoisonné !

-Qui vous a empoissonné monsieur ?

-Ces mômes dans leur villa de luxe. Leur fichu gâteau ! Je suis tombé dans leur piège !

-Je n’y comprends rien du tout, dit l’homme en se tournant vers sa femme, appelle les secours, chérie.

-Non non ! cria le Père Noël, je dois retrouver les rennes et finir ma tournée. Sans ça, pas de Noël !

 

Il ferma les yeux quelques instants, pris de nausée, et quand il les rouvrit, il vit que le père de famille était nu et que des boules de Noël bleues étaient accrochées à ses mamelons.

-Euh je… vous n’avez pas mal ? interrogea t-il.

Puis il perdit conscience et sa tête percuta lourdement le parquet…

 

 

 

***

 

 

Quand il se réveilla, la première chose qu’il vit fut une guirlande électrique qui clignotait faiblement au dessus de sa tête. Puis il entendit une voix remplie d’empathie lui parler :

-Ah ! Vous voilà réveillé. Alors comme ça, on terrorise un village entier ?

 Le Père noël se pencha hors du lit d’hôpital et attrapa ses lunettes à montures dorées sur la table de nuit ou s’entassaient une pile de médicaments. Quand il les chaussa, ce fut pour voir un jeune médecin au pied du lit qui le regardait d’un air amusé.

-Où suis-je exactement, mon garçon ?

Le sourire du docteur s’accentua.

-Vous êtes à l’hôpital de Sydney, monsieur. C’est la famille, celle dont vous avez dévasté la maison avec votre renne, qui vous a amené.

-Mon renne ! Oui ! Où est-il ? Il va bien ?

-Les services vétérinaires ont pris en charge votre animal et, oui, il va bien. Juste une patte foulée à ce qu’on m’a dit. Plutôt normal quand on galope à travers les maisons des gens. Vous l’avez volé dans un zoo ?

-Bien sûr que non ! Cet animal vient du pôle Nord. Plus précisément, de Rovaniemi, en Finlande. A-t-on retrouvé les trois autres ?

-Hum…non.

 Le Père noël s’assit dans le lit et constata qu’il était en pyjama vert pâle. Son costume traditionnel avait disparu.

-Ecoutez, monsieur le Docteur. Je sais que vous faites votre travail et je ne veux pas vous offenser, mais je dois faire le mien. Et j’ai déjà énormément de retard. Quelle heure est-il ?

Le médecin consulta brièvement sa montre.

-Il est cinq heures du matin, monsieur.

-Alors, c’est pire que ce que je craignais. Les enfants les plus matinaux vont bientôt se réveiller pour aller voir au pied de leur sapin. Il faut que je m’en aille.

Il fit mine de se lever, mais l’homme en blouse blanche s’avança et lui plaqua sèchement les jambes sur le matelas.

-Je regrette monsieur. Vous ne bougerez pas d’ici. Le rapport toxicologique que nous avons fait a révélé une forte quantité de LSD dans votre organisme. En clair, vous étiez complètement défoncé quand on vous a trouvé.

-Mais oui ! Je m’en suis rendu compte ! Ce sont ces gosses ! Les Walker ! Ils avaient préparé un gâteau pour moi et ils ont mis ces cochonneries dedans. Croyez-moi, ceux- là peuvent faire une croix sur leurs cadeaux l’année prochaine.

-Allons bon, répondit le médecin.

-Je suis le Père noël, bon sang ! Et quand vous étiez petit, je vous ai apporté des jouets à vous aussi !

- C’est vrai que vous lui ressemblez comme deux gouttes d’eau… mais je n’ai jamais cru au Père noël, monsieur. Ni à la petite souris. Ni même à Dieu. Alors pensez donc…

-Votre vie doit être bien triste alors mon garçon. Allez, laissez-moi partir maintenant. Il est temps pour moi de finir mon travail.

Le docteur perdit son sourire.

-Quand je dis non, c’est non. Vous semblez encore affecté par les effets de la drogue. Vous ne sortirez que dans trois ou quatre jours.

Il s’avança vers la porte pour sortir, saisit la poignée, puis se retourna pour ajouter :

-Et quand bien même vous devriez finir votre job, il est bien trop tard maintenant.

-Mais non ! Je peux encore arranger ça ! Vous ne connaissez pas la magie de Noël vous !

Le jeune homme s’esclaffa.

-Noël ? Mon bon monsieur, je vous annonce que nous sommes le 1er janvier 2017. Noël est donc bel est bien terminé !

Il ouvrit la porte, s’avança dans le couloir blanc au-delà, puis souri de nouveau au Père noël.

-Je vous souhaite d’ailleurs une très bonne année ! Et, espérons-le, une meilleure santé !

 

 

 

 

Romain. C

 

“À Noël, amusons-nous, profitons-en, Car Noël ce n'est qu'une fois par an.”

Thomas Tusser

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article